10360 document(s) trouvé(s)

Nouvelle recherche Retour résultat
 

Statuette reliquaire « Notre Dame de Peillonnex »

Suivant »

5413/10360

« Précédent Commentaire
 

Description

Rapport de traitement. Église paroissiale de Peillonnex. Étude sur une statuette en argent de la fin du XVIIème, début du XVIIIème, oeuvre classée monument historique.

Période : 17ème

Témoins et/ou personnes à l'image :

Fonds documentaire : Paysalp

Visualiser le diaporama




Caractéristiques du document


Date création : 2000
Auteur : CREVAT Stéphane
Langue dominante : Français
Nombre de page : 0
Cadre : Scientifique
Domaine : Croyance religion

Informations supplémentaires


Type de collecte : centre_ressource
Collecteur : Collecteur privé
Lieu de collecte : Viuz-en-Sallaz
Date de collecte: 14/12/2011
Côte Dewey : ETU 134 739 PEI
Type de support : Dossier documentaire
Libre de droit : Libre de droit signifie que le document est tombé dans le domaine public Non
Lieu de conservation : Maison de la mémoire



Patrimoine associé


Titre : Statue-reliquaire de Notre-Dame de Peillonnex
Description : Liée au pèlerinage qui a lieu chaque année au 15 août, la statuette de Notre-Dame de Peillonnex représente Marie, les mains jointes sur la poitrine, les yeux levés vers le ciel. Le tout est réalisé dans un bois noir et repose sur un socle abritant les reliques de sainte Jeanne de Chantal et de saint François de Sales.
L'étude réalisée par Elisabeth Dandel, a montré que l'oeuvre présente plusieurs poinçons permettant de la dater et d'en connaître les origines. Le premier est celui utilisé par l'essayeur de Chambéry de la fin du XVIIe siècle jusqu'à l'occupation française (1703-1713). L'essayeur étant celui qui appose le poinçon royal sur les objets dont il a vérifié le titre, c'est-à-dire la valeur du métal précieux utilisé.
Le second poinçon est celui de l'orfèvre Claude Petit, talentueux artiste que Victor-Amédée II nomma orfèvre par lettres patentes, en 1684. La visite pastorale de l'évêque Monseigneur Rossillon de Bernex, en août 1695 donne des précisions supplémentaires sur cette statue-reliquaire. Le prélat fait alors diverses injonctions concernant les objets liturgiques: nul doute que les travaux ont été confiés alors à Claude Petit. La statuette a pu ainsi être réalisée après 1698, date de la visite de l'évêque et 1703, début de l'occupation française.

Fiche détaillée du patrimoine