10458 document(s) trouvé(s)

Nouvelle recherche Retour résultat
 

Le pont du Risse à Saint-Jeoire-en-Faucigny.

Suivant »

1129/10458

« Précédent Commentaire
 

Description

Photographie noir et blanc, du pont du Risse à Saint-Jeoire-en-Faucigny. On distingue les rails du CEN.

Période : 20ème

Témoins et/ou personnes à l'image :

Fonds documentaire : Mercier

Visualiser le diaporama

Caractéristiques du document


Cadre : Familial
Domaine : Architecture, construction

Informations supplémentaires


Type de collecte : centre de ressource
Collecteur : Collecteur privé
Lieu de collecte : St Jeoire en Faucigny
Date de collecte: 15/03/2011
Côte Dewey : CDP7
Type de support : Photo
Libre de droit : Libre de droit signifie que le document est tombé dans le domaine public Non
Lieu de conservation : Privé



Patrimoine associé


Titre : Ponts sur le Risse
Description : Trois ponts se trouvent sur le Risse, où il forme à Onnion, de profondes gorges. Le plus ancien de ces ponts est celui de Piccot, un hameau qui a vu éclore dès le Moyen-Âge, de nombreuses activités artisanales en lien avec la force hydraulique tels que moulins et scieries. Piccot était au Moyen-Âge, le centre économique du village avec (avant 1789), ses deux moulins pour le froment et le blé, quatre pour l'avoine et l'orge ainsi qu'une scierie. Le pont, construit à l'origine en bois, devait être réédifié chaque année à cause des crues du Risse. La pierre ne sera utilisée qu'en 1841 sur décision de la municipalité.
Deux ans plus tard, un projet naît: celui de relier les deux versants de la vallée à La Tourne mais il n'aboutira qu'en 1899. En 1901, la Commission Départementale déclare la construction du pont d'utilité publique, des plans sont donc dressés. Les travaux durent quatre ans et aboutissent le 30 juillet 1908, à l'inauguration de la construction.
Enfin, le pont de Bellossey enjambe lui aussi le Risse. Bien que la construction soit décidée dès 1912, la Première Guerre mondiale ne permet sa réalisation que quelques années plus tard. L'inauguration a lieu en 1922. La statue de la Vierge, placée non loin de là, rappellerait la disparition de l'entrepreneur Hermino qui, suite à de graves problèmes financiers, aurait mis fin à ses jours en 1922. La fin du chantier a été assurée par son beau-frère Walz Bullio.

Fiche détaillée du patrimoine